Royal Wedding : L’évolution des robes des mariées !

Aujourd’hui, samedi 19 mai 2018 avait lieu l’évènement le plus attendu de l’année en Angleterre, le Royal Wedding du prince Harry et de l’actrice Meghan Merkel.

Plus de 600 invités et une organisation millimétrée, les Windsor ont perpétué la tradition en faisant de ce mariage, un évènement somptueux. Le public était quant à lui également bien présent, des milliers de personnes attendaient depuis des heures voire des jours pour certains afin d’assister à ce mariage et espérer voir les mariés ainsi que toutes les célébrités invités.

Mais, plus que la cérémonie en elle-même, c’était surtout la robe de la mariée que tout le monde voulait voir. Il y a eu de nombreux pronostiques sur le style, la couleur et même les bijoux qu’allait porter Meghan Merkle, et c’est à 13h que nous avons pu la découvrir.

Beaucoup de personnes et de journalistes faisaient référence aux anciennes princesses qui se sont mariées dans la famille Windsor quant ils réfléchissaient à la robe de Meghan. C’est donc pour cela que j’ai eu envie d’écrire un article sur l’évolution des robes de mariées des quatre dernières générations : La reine Elisabeth, La princesse Diana, La Duchesse de Cambridge Kate Middelton et la nouvelle Duchesse de Sussex, Meghan Markle.

 

Résultat de recherche d'images pour "banniere fleur mariage"

 

La reine Elisabeth & le duc d’Edinbourg Philipp

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress queen elizabeth"

On commence avec le mariage le plus ancien, celui d’Elisabeth et de Philipp le 20 novembre 1947.

Compte tenu du rationnement des vêtements à l’époque de l’après guerre, la reine Elisabeth a du acheter le matériel en utilisant des coupons de ration. La robe a été conçue par Norman Hartnell. On disait de lui que sa signature était la broderie et qu’il aimait « travailler avec des tissus doux et flottants, en particulier le tulle et la mousseline, et avec des soies lisses et lustrées ». La robe a été faite de Damas, avec un haut décolleté, un corsage ajusté et une petite traine. La robe, sans bretelle et avec des manches longues, donne cet silhouette « fit et flare ».

Le mariage était un évènement royal tenu après la fin de la Seconde Guerre mondial, la robe, conçue par le concepteur de la cour, avait une traine nuptiale à motifs d’étoiles qui avait une longueur de 4m environ. La traine, symbole de la renaissance et de la croissance après la guerre, a été inspirée par Boticelli, en particulier les motifs de broderie élaborés de fleurs éparpillées sur la robe de satin et le voile de tulle porté par la mariée royale. Le matériau utilisé était de la soie ivoire et une tiare à franges en diamants lui protégeait le voile. La robe était décorée de cristaux et de 10 000 perles de graines importées des USA.

Norman Hartnell, qui était le designer de la cour depuis 1938 et qui était le concepteur de la robe, l’a revendiquée comme « la plus belle robe que j’avais faite jusqu’ici ».
Les dessins pour la robe ont été approuvés trois mois avant le mariage. La recherche d’Hartnell pour des conceptions appropriées dans les galeries d’art de Londres l’avait conduit à la figure de Botticelli. C’est cela qui a a été l’inspiration pour l’utilisation de la soie ivoire avec des motifs de fleurs de jasmin, de smilax, de lilas et de fleurs roses blanches ajoutées à la traine, agrémentées de cristaux blancs et de perles. Ces motifs ont été transférés sur des dessins pour permettre aux experts en broderie de travailler dessus. Le tissu de soie a été choisi sur la directive spécifique de sa mère, la reine, qui a souhaité un «satin raide lustré exceptionnellement riche qui a été fait au château de Lullingstone».  Cependant, malgré le choix judicieux de la soie, le conservateur du musée de Londres observa 30 ans plus tard, lorsque la robe était exposée au musée, que «le choix de la soie n’était pas bon» puisque le tissu s’était détérioré. Il a également été noté que « le poids de la broderie a entraîné la jupe vers le bas, augmentant la tension sur le tissage. »

La conception finale de la robe a été gardée secrète, bien que beaucoup de spéculations l’aient entourée. Il a été dit que la princesse craignait que si les détails étaient publiés, les copies de maison de couture l’empêcheraient de procéder à des modifications de conception de dernière minute. La robe a été emmenée au palais un jour avant le mariage dans une boîte d’1,2m. Le jour du mariage, la robe scintillait, incrustée de perles «habilement combinées avec des lignes fluides d’épis de blé, le symbole de la fertilité, et travaillé en perle « .

Pour la petite anecdote, en raison des mesures d’austérité qui ont suivi la guerre, la princesse Elizabeth a dû utiliser des coupons de rationnement de vêtements pour payer sa robe. Le gouvernement lui a accordé 200 coupons de rationnement supplémentaires. Elle a reçu des centaines de coupons de vêtements de la part de futures mariées de toutes les régions du pays pour l’aider à payer sa robe. Elle a dû retourner les cadeaux du coupon car il était illégal pour elle de les utiliser.

Image associée

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "wedding  queen elizabeth"


 

La princesse Diana & le prince Charles

Image associée

Passons ensuite à la personnalité la plus aimée et adulée, des années encore après sa mort, la princesse Diana.

La princesse Diana Spencer à porté sa robe de mariée lors de son mariage avec le prince de Galles, Charles, le 29 juillet 1981 à la cathédrale Saint-Paul. Elle portait un taffetas de soie ivoire et une robe en dentelle antique, avec une traine de 7.62m et d’une valeur de 9 000 £. Elle est devenu l’une des robes les plus célèbres au monde, et a été considéré comme l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire de la mode.

La robe a été conçue par David et Elizabeth Emanuel, qui l’ont décrit comme une robe qui « devait être quelque chose qui allait descendre dans l’histoire, mais aussi quelque chose que Diana aimait », et qui serait « dramatiquement approprié pour faire une impression ». C’est la princesse elle-même qui a choisi les designers pour faire sa robe de mariée parce qu’elle aimait un chemisier en mousseline de soie qu’ils ont conçu pour sa séance photo formelle avec Lors Snowdon.

Le taffetas en soie tissée a été fabriqué par Stephen Walters de Suffolk. Les Emanuels ont consulté Maureen Baker, qui avait fait la robe de mariée de la princesse Anne, lors de la construction de la robe. Un observateur a écrit « la robe était un crinoline, un symbole de la sexualité et de la grandeur, une meringue brodée de perles et de paillettes, son corsage froncé de dentelle ». La robe était décorée de broderies à la main, de paillettes et de 10 000 perles. La dentelle utilisée pour le tailler était de la dentelle de Carrickmacross faite à la main qui avait appartenu à Queen Mary. De larges manches bouffantes, une jupe ample et des «tissus doux au toucher» sont devenus des demandes populaires après le mariage royal.

Les raccords de la robe posaient des difficultés parce que Diana avait des problème de boulimie et avait chuté d’une taille 14 à une taille 10 dans les mois précédent le mariage. Même la couturière était préoccupée par sa perte de poids et craignait que la robe ne convienne pas comme elle le devrait le jour J.

Selon l’écrivain Andrew Morton, dans Diana : Her True Story, les créateurs de la robe se sont aperçus trop tard qu’ils avaient oublié de tenir compte de la longueur de la traine par rapport à la taille de l’autocar de verre de Diana et de son père. Ils trouvaient difficile de rentrer dans le voiture, et la traine a été gravement écrasé malgré les efforts de la princesse. C’est ça qui représente les rides visibles dans la robe de mariée quand elle est arrivée à la cathédrale.

La princesse avait une robe de rechange qui aurait servi de doublure si le design de la robe avait été révélé avant son grand jour !

Beaucoup d’experts de la mariée ont considéré la robe comme une «norme d’or» en mode de mariage dans les années après le mariage. L’appréciation continue de la robe n’était pas universelle. Un magazine de mariage 2004 l’a répertorié comme « trop ​​de robe, trop petite princesse. » Néanmoins, Elizabeth Emanuel a noté en 2011 qu’elle recevait toujours des demandes de répliques de la robe de Diana. Dans ses mémoires de 2003, A Royal Duty, Paul Burrell écrit que Diana voulait que la robe fasse partie de la collection de mode du Victoria and Albert Museum.

En 2018, la robe a été choisie comme l’une des « robes de mariée royales britanniques les plus influentes de tous les temps » par le magazine Time.

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress lady diana"

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress lady diana"

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress lady diana"

Image associée


 

La duchesse de Cambridge Kate Middleton & le prince William

Image associée

Il y a 7 ans, le 23 juillet 2011, c’est Catherine Middleton et le prince William qui se disait oui.

La robe de mariée de Kate Middleton est une robe royale dessinée par Sarah Burton, directrice artistique de la maison britannique Alexander McQueen. Elle a ensuite été exposée au palais de Buckingham.

L’annonce formelle de la robe et de son créateur n’a eu lieu qu’à la descente de la mariée pour son entrée dans l’abbaye de Westminster juste avant la cérémonie. Remarquée pour son design, son symbolisme et l’influence pressentie sur la tendance occidentale en robe de mariée, la robe était très attendue et a été largement commentée dans les médias. Des répliques de la robe ont été produites et vendues.

Dès le mois de novembre 2010, le choix de Catherine Middleton pour sa robe, censé être « le symbole de sa transformation de roturière en princesse », fait l’objet de commentaires : elle doit être conçue par un styliste anglais, « moderne mais traditionnelle, séduisante mais pas trop provocante, chic mais pas exagérément opulente ». Avant la cérémonie, de nombreuses hypothèses ont été formulées sur le choix de cette robe. Comme le relève The Independent en mars 2011, le sujet est à la une des journaux de nombreux pays, à l’exception notable de la France. Le 6 mars, The Sunday Times a relaté que la future duchesse de Cambridge avait choisi Sarah Burton, designer chez McQueen. Leur article disait : « Une source du milieu de la mode a déclaré que la robe serait une combinaison des idées en matière de design de Middleton elle-même et du savoir de Burton en haute-couture. » La marque et Burton ont tous deux nié toute implication.

David Emanuel, co-styliste de la robe de la princesse Diana, a commenté à la journaliste de mode canadienne Jeanne Beker que « McQueen appartient à Gucci, une entreprise italienne. Si Kate va dans cette voie-là, ce serait la première fois que ne serait pas choisie une maison d’appartenance britannique. Et ce serait un grand jour pour les Italiens. ». Selon le Wall Street Journal, plusieurs observateurs considèrent que cette commande a contribué à sauver la marque McQueen, dont l’avenir était compromis par le décès de son fondateur.

D’après Joanna Marschner, conservatrice des Historic Royal Palaces, « les robes ont eu à grandir à mesure que les attentes des médias grandissaient. Les caméras de télévision dans l’abbaye de Westminster signifient que ces robes doivent être à la hauteur de ces lieux, et être d’une excellence en matière de style pour survivre à un examen minutieux. ».

Les déclarations officielles ont indiqué que Middleton souhaitait combiner tradition et modernité, « avec la vision artistique qui caractérise l’œuvre de Alexander McQueen. » Middleton et Burton auraient travaillé en étroite collaboration pour élaborer le design de la robe.

La robe était faite de satin et de dentelle de Caudry (Calais) et comportait un corsage et une jupe avec des applications. Les détails de celles-ci symbolisent les nations du Royaume-Uni. Selon la créatrice, « nous avons pris six types de dentelle différents et trouvé des motifs différents pour chacun […] C’est un effet de miroir complet et chacun des éléments joints et raccordés dans la jupe comme dans le corsage a été créé à la main ».

La dentelle du corsage a été réalisée à la main en utilisant une technique créée en Irlande dans les années 1820 appelée Carrickmacross lace, qui consiste à découper des détails en roses, chardons, jonquilles et trèfles, et de les appliquer individuellement à la tulle de soie ivoire. Ces applications en dentelle ont été faites à la main par la Royal School of Needlework, installée au Château de Hampton Court. Les brodeuses changeaient d’aiguille toutes les trois heures pour qu’elles conservent leur piquant et se lavaient les mains toutes les demi-heures pour éviter de salir l’ouvrage.

Sur un autre registre, Suzy Menkes, qui considère Kate Middleton comme la première mariée royale de l’ère numérique, a estimé que sa robe avait suscité un engouement pour la « grâce de la dentelle ». Après le mariage, durant l’été 2011, la robe fut exposée au palais de Buckingham. Durant une visite privée de l’exposition, la reine Elizabeth aurait décrit la robe comme « horrible » et sa présentation sur un mannequin sans tête « terrifiante ». Cette exposition, qui contribua à lever environ 8 millions de livres pour des œuvres caritatives, attira 600 000 visiteurs.

Certains commentateurs ont relevé que la robe ressemblait à la robe de mariée d’Isabella Orsini (princesse Edouard de Ligne de la Trémoille), d’autres que les deux robes avaient été inspirées par celle de Grace Kelly.

La robe, d’une valeur estimée à 250 000 £ a fait l’objet de nombreux commentaires d’experts en mode dans la presse, et a été très bien perçue. Il a été noté que le design était en grande partie traditionnel et inspiré de robes des années 1950. Karl Lagerfeld, soulignant que la robe était « très raffinée dans les détails» a écrit « La robe est classique et rend très bien dans le décor de Westminster. Elle me rappelle presque le mariage d’Elizabeth, le mariage royal des années 1950. La traîne est bien proportionnée. La dentelle est très jolie. J’aime beaucoup le voile ».

Antonio Marras, de Kenzo, a déclaré « le choix de la marque et le style de la robe sont un mélange très intelligent entre la mode avant-gardiste et la tradition − de manière très britannique. On peut voir des références Grace Kelly ou de la Reine Elizabeth, mais dans un style plus simple, plus moderne ». Des commentateurs ont noté que le corsage de la robe de Middleton rappelait celui porté par Grace Kelly pour son mariage à Rainier III de Monaco en 1956. Ils ont également établi des comparaisons avec la robe de mariée de la princesse Margaret. Mark Badgley de Badgley Mischka a écrit « c’est le genre de robe qui résistera à l’épreuve du temps. Ce n’est pas le cas de toutes les robes. Toute mariée à travers le monde voudra la porter. Elle a une touche de vintage, une robe de bal classique des années 1950, tellement intemporelle que sa fille serait superbe avec cette robe dans 30 ans ». Oscar de la Renta a déclaré qu’il s’agissait d’« une robe très traditionnelle pour un mariage très traditionnel… rien de prétentieux. Il n’y avait pas 50 mètres de traîne ni profusion de broderie. C’était juste une robe très traditionnelle pour une fille ravissante qui n’a pas besoin de beaucoup ». Le couturier Valentino, comparant la robe de Kate Middleton à celle que portait Diana pour son mariage en 1981, qu’il estimait être une « robe de conte de fée », considère qu’elle est « très jolie et moderne, sera copiée partout, mais [qu’]il lui manque l’aspect féérique ».

Une photo de la mariée fait l’objet d’un certain engouement sur Internet peu après le mariage. Ainsi, la tenue vestimentaire de cérémonie du couple princier, ainsi que les robes de deux cousines du prince William, sont comparés aux tenues portées par le Prince charmant et Cendrillon dans le long métrage de Walt Disney, les cousines étant quant à elles mises en correspondance avec les deux demi-sœurs de Cendrillon.

 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress kate middleton"

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress kate middleton"

Image associée

Image associée


 

La duchesse de Sussex Meghan Markle & le prince Harry

Résultat de recherche d'images pour "wedding dress meghan markle"

Pour finir, nous allons passer au dernier mariage, celui du prince Harry et de Meghan Markle, le 19 mai 2018 à la chapelle Saint-George.

La mariée portait une robe simple mais magnifique à col bateau en soie avec un long voile gonflant qui a été conçue par le célèbre designer britannique Clare Waight Keller, qui est devenu l’an dernier directeur artistique de la maison de couture française Givenchy.

Les lignes épurées de la robe blanche ont mis en évidence le visage souriant de Meghan Markle durant toute la cérémonie et même quand était assise à l’autel de la chapelle, alors que sa traine tentaculaire gisait à ses pieds.

Selon le palais, la duchesse a travaillé étroitement avec Mme Keller sur la conception. « La robe incarne une élégance minime intemporelle en référence aux codes de l’emblématique Maison de Givenchy et met en valeur le savoir-faire artisanal de son atelier de couture parisien de renommée mondiale fondé en 1952 », a déclaré Kensington Palace. « L’accent de la robe est le décolleté graphique ouvert qui encadre élégamment les épaules et souligne la taille sculptée mince. » « Les lignes de la robe se prolongent vers l’arrière où la traine coule en doux plis arrondis, amorti d’un jupon en organza de soie triple, les fines manches trois-quarts ajoutent une note de modernité raffinée. »

Le matériau, un cady de soie à double liaison, a été spécialement développé pour la robe.
Le motif floral sur son voile de cinq mètres de long présentait un motif floral qui faisait référence aux membres du Commonwealth. Le voile de tulle de soie a été maintenu en place par le diadème de bandeau de diamant de la reine Mary, prêté à la Duchess par la reine. « Le bandeau de diamant est anglais et a été fait en 1932, avec la broche centrale datant de 1893. » Les chaussures de mariage, faites d’un satin duchesse de soie, étaient basées sur un design couture pointu Givenchy-raffiné.

« Il est courageux de ne pas avoir de décorations et d’embellissements, ce qui est une déclaration de mode forte, moderne et classique à la fois », a déclaré Phillipa Lepley, une célèbre designer nuptiale londonienne.

Le choix de Meghan Markle n’était pas une affaire occasionnelle. Les mariages royaux télévisés comme celui-ci ont un effet énorme sur ce que les mariées partout veulent porter et sont étroitement surveillés dans l’industrie de la mode.

Mme Keller était un choix inattendu – son nom ne figurait pas parmi les nombreux designers susceptibles d’être des prétendants potentiels pour ce que beaucoup appelaient la commission de robe de l’année.

Cinq mètres de long et fabriqués à partir de tulle de soie, le voile était « une vision que Meghan et moi partagions », selon une déclaration de Mme Waight Keller. Il a été brodé avec les fleurs de chacune des 53 nations du Commonwealth, chacune étant différente, pour représenter les rôles que Mme Markle et le prince Harry assumeront en tant que jeunes ambassadeurs dans le monde britannique. On y trouvait également une plante à fleurs britannique pour représenter le palais de Kensington et la nouvelle maison de Mme Markle, et le pavot de Californie, la fleur de son État natal. Et il a été maintenu en place par le diadème en bandeau de diamants et de platine de Queen Mary, fabriqué en 1932 avec une pièce maîtresse d’une broche en diamant du mariage de Queen Mary en 1893, qui avait été prêtée à Mme Markle par la reine de onze sections. « 

Le créateur de la robe de Merkle était l’un des secrets les mieux gardés du mariage, suscitant des mois de spéculation.

 

Meghan Markle arrives at St George's Chapel, her five-metre veil is across the steps.

meghan markle

thumbnail

 


 

J’espère que cet article vous aura plu ! J’ai suivi toute la cérémonie en famille et c’était vraiment bien, toute était magnifique et la mariée sublime. J’avais vraiment envie d’écrire un article sur ce Royal Wedding, et je trouvait qu’un peu d’histoire sur l’évolution des robes des mariées des quatre dernières générations pouvait être intéressant !

Les robes sont toutes vraiment belles et au final, quand même bien différentes ! J’ai également remarqué que le bouquet de fleur rétrécissait de plus en plus au fil des années, ce qui est plutôt marrant 🙂 Je pense que ma préférée est un mélange entre les deux dernières car j’adore le haut de la robe de Meghan Markle mais je suis fan du dos et de la traine de la robe de Kate Middleton !!

Vous avez suivi la cérémonie ? Comment avez-vous trouvé la robe de Meghan Markle ? 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Royal Wedding : L’évolution des robes des mariées !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s