Place aux femmes dans Black Panther !

La dernière création en date de Marvel est sortie en France le 14 février, c’est donc avec une immense joie (car oui, ma famille et moi sommes de grands fans des films Marvel ^^), que nous sommes allés le voir hier (enfin, il était temps !). Sans surprise et fidèle à 99% des critiques que j’ai pu lire, le film était génial.

On avait déjà eu un aperçu de Black Panther dans Captain America 3 – Civil War, mais là, on entre carrément dans son monde au milieu des siens.

Outre le fait que l’histoire était super intéressante et bien construite, que les paysages étaient plus que magnifique et que chaque personnage a été parfaitement interprété, une autre chose m’a frappée. Le film donne clairement une place presque inédite aux femmes. C’est donc de cela que j’aimerais vous parler dans cet critique ! 🙂

Résultat de recherche d'images pour "black panther film"

Synopsis :

 » Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier… « 


 

« Dans la culture africaine il n’y a pas de roi sans reine ». Cette citation est clairement exploitée dans Black Panther. Les femmes ne sont pas seulement des personnages secondaires qui accompagnent le roi, mais ont une place importante voir centrale, et ce, dès le début du film. Elles ne sont pas représentées comme on n’en a l’habitude, surtout dans les films de super-héros. Ici, ce sont elles les super-héroïnes, elles sauvent, se battent et participent activement aux réunions royales. Elles ne servent pas uniquement leur roi mais leur pays. C’est d’ailleurs, plusieurs fois mentionné tout au long du film. Elles ont des choix à faire, des choix qui sont normalement réservés aux hommes comme choisir entre son devoir ou son amour. Les rôles semblent s’être inversés sans pour autant mettre spécifiquement le doigt dessus. On le remarque seulement s’il on n’y fait attention, ça parait tout à fait naturel.

Résultat de recherche d'images pour "black panther movie woman"

En plus, d’être un film qui met en avant le peuple africain et les femmes, Black Panther prône aussi l’égalité et le féminisme. En effet, même si le roi porte fièrement la couronne et son rôle de Black Panther, ce sont les femmes qui semblent régner sur le Wakanda. T’challa est celui qui prend les décisions et qui a le dernier mot, certes, mais il est toutefois très réceptif aux conseils de ces femmes et ne remet jamais en doute leurs propos. Les femmes sont ici écoutées, et pas seulement d’une manière superflue, elles ont vraiment leur mot à dire et ne se gène pas pour parler et exprimer ce qu’elles pensent. C’est très plaisant et ça montre qu’elles aussi sont légitime à participer aux décisions politiques. Ce que j’ai aimé c’est qu’à aucun moment on ne parle de leur place aux côtés du roi, ni du fait qu’elles s’expriment sur des sujets, normalement réservés aux militaires, guerriers ou hommes tout simplement. Tout est naturel, c’est leur place et c’est tout. Personne n’a rien à redire sur ça, d’ailleurs ça n’a, à aucun moment été un sujet de discussion.

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "la place des femmes panthere  noire film"

Image associée

Le roi est tout au long du film accompagné par ces personnages féminins. Elles le conseil, le guide mais le sauve également et ce, à plusieurs reprises. Elles ne sont pas toujours d’accord avec lui et n’hésitent pas à le lui dire. Ce dernier prend d’ailleurs souvent en compte ce qu’elles disent pour changer ses propres plans. La citation « Dans la culture africaine il n’y a pas de roi sans reine » prend tout son sens ici. Sans sa mère, sa sœur, l’espionne ou les guerrières, le roi ne serait pas ce qu’il est..

Image associée

Il y a beaucoup de personnages féminins, elles sont d’ailleurs nettement en supériorité numérique. Elles sont dans chaque plan et interviennent quasiment dans chaque scène. Qu’elles soient guerrières ou de sang royale, elles font intégralement partie de ce peuple et de ce pays aux mille richesses. Dans les plans de combat, hommes et femmes se tiennent côte à côte et réalise la danse traditionnelle sans différenciation. Quand le roi doit affronter son adversaire, ce ne sont pas des guerriers mais des guerrières qui les protègent et qui veillent à ce que tout se passe bien. Elles se tiennent là, armées et prêtes à défendre leur roi comme tout guerrier aurait fait.

Image associée

Un autre point que je n’ai pas encore évoqué c’est le fait que pour une fois les femmes ne sont pas sexualisées. La maman du roi porte une tenue traditionnelle, sa sœur porte une robe mi- longue qui recouvre son torse et les guerrières ne sont absolument pas comme on les représentent d’habitude. Elles n’ont pas de cheveux, son armée et porte une armure qu’un homme pourrait porter. Leur poitrine est recouverte, elles portent un pantalon et des bottes plates. Tout est fait pour leur confort tout en leur donnant de la puissance. Elles sont belles et fortes !

Image associée

En parlant d’esthétisme, on remarque que chacune des femmes à une personnalité bien à elle, déjà de part leur coiffure. La générale par exemple n’a pas de cheveux, elle trouve cela inconfortable et pas beau, on le voit bien dans la scène du marché. Elle s’en débarrasse d’ailleurs bien rapidement. Elle n’a pas besoin de cela pour montrer qui elle est, une femme forte, une générale qui dirige ses troupes, les Dora Milaje, et qui se bat pour son pays. Okoye accompagne le roi et refuse même de s’enfuir avec Nakia et la reine quand elles décident de venger T’challa. Elle fait un choix que tout général aurait pris dans un film. C’est l’un des personnages les plus importants, l’actrice tient son rôle à la perfection sans jamais tomber dans le « trop masculin ». Elle est belle et féminine tout en se battant en armure. « Sa joie, sa fierté d’évoluer avec ce crâne rasé et tatoué, c’est tellement subversif », explique l’actrice Danai Gurira qui incarne ce rôle, « c’est subversif dans le bon sens. On n’a pas besoin d’avoir des cheveux pour être belle ». On voit également toute sa puissance dans la scène avec le rhinocéros. J’ai beaucoup aimé cette scène qui inverse les rôles et qui prouve encore une fois le charisme de ses femmes.

Résultat de recherche d'images pour "la place des femmes panthere  noire film"

Shuri, quant à elle, est à la tête du laboratoire de recherche du pays. Une jeune princesse qui passe la plupart de son temps dans les laboratoires et qui s’occupe des dernières technologies. Ce genre de rôle est d’habitude tenu par un jeune garçon rondouillard à lunette un peu drôle qui est ridiculisé par ses camarades. Mais pas ici. Shuri, la sœur du roi, s’affirme face aux autres personnages, elle est drôle, taquine et n’hésite pas à interrompre les discours pour donner son avis. Elle est plus moderne que traditionnelle et essaye par tous les moyens de moderniser tout ce qu’elle peut. Elle se moque souvent de son frère malgré son statut et le sauve même à plusieurs reprises. C’est elle qui dirige la voiture pendant la course poursuite en Corée. Elle s’occupe également du costume du roi. C’est à la fois une geek et une fashionista.

Image associée

Image associée

Lors d’une conférence de presse, l’actrice mexico-kényane Lupita Nyong’o, qui interprète Nakia à elle-même dit : « Ce que j’aime dans la façon dont ce film représente les femmes, c’est que chacune d’entre nous est un individu unique, et nous avons toutes notre propre pouvoir et notre capacité d’agir. On a toute notre place sans être opposées les unes aux autres ». Nakia est aussi importante qu’Okoye, mais en ayant sa propre personnalité et sa propre histoire. C’est l’ex de T’challa, elle a donc le rôle de l’ancienne petit-amie du roi, mais pas que. Elle se refuse a n’être que ça et décline la proposition du roi de revenir au Wakanda, elle préfère rester cette espionne douée qui sauve des vies. Elle ne retourne dans son pays seulement pour le défendre aux côtés de celui qu’elle aime. Elle a les cheveux plus longs qu’Okoye et ils sont aux naturels. Pas de perruque comme pour Halle Berry dans X-men, Nakia assume sa belle chevelure pour notre plus grand plaisir !

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "la place des femmes panthere  noire film"

Et pour finir, si les femmes ont un rôle majeur dans l’histoire du film, elles ont également largement contribué à sa construction. Elles ne sont pas seulement devant l’écran mais également derrière. Le réalisateur Ryan Coogler a voulu mettre en valeur toutes les femmes qui ont participé à la production du film, « recrutées non pas parce qu’elles étaient des femmes, mais parce qu’elles étaient les meilleures pour ce job ». Il a d’ailleurs tenu à les mettre en avant en citant la chef costumière Ruth Carter, la chef décoratrice Hannah Beachler, l’assistante réalisatrice principale Lisa Satriano, la monteuse Debbie Berman, la productrice des studios Marvel Victoria Alonso, ou encore la directrice de la photographie Rachel Morrison. Cette dernière est d’ailleurs la première femme à avoir été nommée aux Oscars dans la catégorie de la « meilleure photographie » pour son travail sur « Black Panther ».


Plus qu’un simple « autre » Marvel, Black Panther met en avant tout un tas de sujets tel que le féminisme, le racisme, l’égalité homme/femme… Des sujets largement exploités qui donne une autre dimension au film. Un peuple de couleurs riche en tradition, des femmes de pouvoir qui se battent pour ce qu’elles aiment et des personnages masculins de toute puissance. Pour résumer, c’est un film riche en émotion, drôle et émouvant avec des personnages attachants et une histoire à laquelle on s’accroche dès le début.

Publicités

Une réflexion sur “Place aux femmes dans Black Panther !

  1. Je suis un homme âgé, et j’ai lu votre « critique » avec intérêt. Je me suis dit que nous les hommes avons été abreuvés avec des modèles masculins de pilote de course, aviateur, espion, parrain, spationaute, etc., dans divers médias depuis les années 50, célébrant la virilité, le courage, le combat. Cela encourageait les hommes dominants (bourgeois…) à assumer leur désir de pouvoir (politique, financier) et cela consolait les autres de leurs frustrations dans la vraie vie. Bref, du fantasme efficace.
    Ici, c’est une boîte d' »entertainement » qui offre du fantasme aux femmes et spécialement aux femmes noires, avec une Afrique de pacotille mais, c’est vrai, de femmes puissantes et mises en valeur avec un imaginaire qui ne parait pas totalement masculin. Mais c’est loin de la vraie vie où les femmes noires sont exclues (sauf telle tenniswoman…), et où un mouvement courageux d’hommes noirs a poussé la révolte jusqu’à la violence : les « Black Panthers ». La fiction présentée ici est donc aussi une manipulation/récupération qui annule la vision de la réalité historique, sans aucun respect pour ce mouvement important, proche de Malcom X et autres.
    Cette fiction offre-t-elle aux femmes (et surtout aux femmes noires) autre chose qu’un dérivatif aux frustrations ? Est-elle du fantasme efficace comme celui qui était proposé aux garçons blancs de mon genre, et qui l’est encore évidemment, aussi dans la porno comme dans tant de médias ?
    Voila mon interrogation formulée en vous lisant, et je vous remercie pour cela.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s